Séance 3 : La science (philosophie et idéologie)

Ressources relatives à la séance du séminaire du 12/02/2020

— Résumés :

Intervention de Renaud Garcia (chercheur indépendant) :
« Kropotkine naturien : l’entraide, de la biologie à l’éthique »

Cet exposé propose un retour sur l’idée d’entraide telle que la développe Pierre Kropotkine (1842-1921). Positiviste, évolutionniste, géographe, ce savant et anarchiste lit Darwin (aussi bien L’Origine des espèces que La filiation de l’homme). Il y trouve matière à fonder un socialisme sur des bases biologiques. Tentative loin d’être unique à l’époque dans l’aire russe occidentalisée (Cf. Karl Fedorovitch Kessler ; Pierre Lavrov). Son originalité est de présenter un socialisme anarchiste, qui combat à la fois le darwinisme social (justification idéologique du capitalisme industriel) et l’État dans sa version marxiste ou collectiviste (qui réintroduit la hiérarchie de classes entre coordinateurs et exécutants, c’est-à-dire les prémices de la technocratie). Mais on ne saisit vraiment la profondeur des vues de Kropotkine sur l’entraide qu’en expliquant comment le domaine naturel s’articule au domaine social et historique (ce qui correspond au plan du livre L’Entraide). Il faut se tourner vers une compréhension globale des relations des vivants avec leur milieu, une façon écologique (on dirait avec plus de précision mais moins de résonance, mésologique, de méson-, le milieu) d’aborder l’entraide. Kropotkine l’approfondit en se tournant vers l’œuvre de Lamarck, le véritable fondateur de la biologie et de la théorie de la transformation des espèces. Si Kropotkine avait dépassé son respect de jeunesse pour Darwin, et la vision mécaniste de la nature dont ce dernier n’est pas sorti, il aurait sans doute présenté une conception du vivant fondée sur les idées d’équilibre et d’ordre cosmique, dont il s’approche parfois dans ses articles de géographie.

En parcourant l’œuvre de Kropotkine, on se rend compte que l’entraide est un fil qui relie les domaines de la biologie et de l’éthique, en passant par la politique. Conduite de réciprocité stricte, l’entraide s’affine en sympathie sur fond d’usages communautaires (on va au-devant des besoins des autres parce qu’on a l’habitude de vivre avec eux), pour culminer dans un idéal d’abnégation : non pas sacrifice mortifiant mais don de soi, affirmation vitale. Si Kropotkine est scientiste – et progressiste – à maints égards, on trouve pourtant chez lui, constamment, une estimation positive des usages communaux anciens, notamment de l’obschina et du mir, et des communautés de foi jurée du Moyen Âge. Il pense l’entraide en s’appuyant sur l’exemple historique des communes, et appelle à les revivifier. Ce n’est donc pas un hasard si Tolstoï (auquel Kropotkine réserve des pages élogieuses dans ses leçons sur la littérature russe- Ideals and Realities in Russian Literature), chrétien anti-industriel, pense la communauté paysanne sur fond d’entraide. Ce que Kropotkine découvre par l’étude scientifique, Tolstoï le déduit d’une lecture démystifiée de l’Évangile, sous l’aspect de la loi de l’amour.

Ainsi, Kropotkine, comme Tolstoï font figure d’anciens pour les communards des années 1970, et à leur suite les néo-ruraux. Mais plus largement pour ceux qui, épars dans le temps et l’espace, contre les libéraux et les communistes, se sentent appartenir à l’héritage des naturiens : les défenseurs du vivant politique dans un milieu vivant.

Intervention de Tatiana Drobot (Sorbonne Université, Eur’ORBEM) :
« Science et épistémologie au cœur des modèles utopiques des théoriciens du Proletkult »

Au cours des deux premières décennies du XXème siècle, Aleksandr Bogdanov et Anatolij Lunačarskij, tôt engagés dans les mouvements socio-démocrates puis bolchéviques, se sont intéressés à définir une société plus juste et plus égalitaire. Dans ce cadre, ils ont écrit sur la culture et la relation de l’art au savoir. Au cœur des débats de l’époque autour des philosophies idéalistes et matérialistes, ils prennent position pour une conceptualisation empiriste et holistique de la connaissance qui rassemble sciences, arts et philosophie. Et dans leurs œuvres littéraires, ils mettent en avant des personnages de savants, porteurs de messages et de démarches révolutionnaires à la fois dans les domaines socio-politiques, philosophiques et scientifiques. Nous nous arrêterons sur ces personnages qui cristallisent les figures du génie désireux de construire un monde meilleur, de l’intellectuel responsable de l’éducation du peuple et du combattant idéologique.

— Bibliographie :

Bibliographie de la première intervention :

Sources principales :
·       Kropotkine, L’Entraide, éditions Nada, 2020.
·       Kropotkine, Agissez par vous-mêmes, éditions Nada2019.
·      De Darwin à Lamarck. Kropotkine biologiste (1910-1919),libre accès  : https://books.openedition.org/enseditions/5114?lang=fr
·       Kropotkine, Ideals and Realities in Russian Literature (en cours de traduction pour les éditions Nada)
·       Tolstoï, De la vie, Marpon & Flammarion, 1889.
·       Tolstoï, Refus d’obéissance, présenté par P. Thiesset, L’Échappée, 2017.

Littérature secondaire :
·       R. Garcia, La nature de l’entraide. Pierre Kropotkine et les fondements biologiques de l’anarchisme, ENS éditions, 2015.
·      R. Garcia, « Kropotkine » et « Zamiatine », notices de la « Bibliothèque verte » publiée par Pièces et main-d’œuvre : http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&id_article=1336
·       R. Garcia, « Tolstoï » et les « Naturiens », notices de la Bibliothèque verte » : http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&id_article=1343
·       Mike Hawkins, Social Darwinism in European and American Thought, 1860-1945, Cambridge university press, 1997 [pour le contexte de réception du darwinisme dans la période de formation de Kropotkine]
·       Bertrand Louart, Les êtres vivants ne sont pas des machines, La Lenteur, 2018 [critique de la conception mécaniste du vivant chez Darwin, réévaluation de Lamarck, situation intermédiaire de Kropotkine. La biologie comme philosophie du vivant, dans une perspective anti-industrielle]
·       André Pichot, Histoire de la notion de vie, Gallimard, coll. « Tel », 1993 [pour une réévaluation de la biologie lamarckienne par rapport au darwinisme]
Daniel P. Todes, Darwin Without Malthus: The Struggle for Existence in Russian Evolutionary Thought, Oxford University Press, 1989

Bibliographie de la seconde intervention : à télécharger ici.


CONSULTER LES ARCHIVES : ici