Séance 8 : Cadavres

Vendredi 11 juin 2021 | 16h-18h (Friday 11 June 2021, 4-6pm CET)

Thème : Exhumer les cadavres (des mots et des images)

Intervenantes :

  • Claire DELAUNAY (Sorbonne Université, Eur’ORBEM)  
    Présentation du projet « CadavRe » : « Le Cadavre en Représentation. Dire et montrer le corps mort dans la littérature et les arts russes des origines à nos jours »

  • Irina TCHERNEVA (CNRS, Eur’ORBEM) 
    « Braquer l’objectif sur les massacres. Registres visuels dans l’image fixe et animée des traces de crimes nazis (1941-1945) »

Au cours de la libération des territoires occupés par la Wermacht, les praticiens soviétiques du cinéma et de la photographie documentaires ont créé un considérable corpus visuel, peu connu jusqu’à son exploitation par deux récents projets de recherche : l’ANR « Cinésov, 1939-1949» et Horizons2020 « Visual History of the Holocaust ». À quels segments de l’espace public et semi-public se destinaient ces images ? En quoi leur esthétique répond-elle aux exigences des diverses institutions impliquées dans la collecte de preuves sur les crimes nazis, tout comme aux attentes de la société ? Pour y réfléchir, la présente contribution placera au cœur de l’analyse l’émergence des modes de documentation des crimes nazis par le visuel. Elle examinera les pratiques de prise de vues au regard des archives textuelles et abordera la tension entre verbe et image face à la mort.

  • Sarah GRUSZKA (EHESS, CERCEC)
    « Le rôle de la langue médicale dans la rhétorique du non-dit des catastrophes. Nommer la famine dans Leningrad assiégé »

Cette présentation se propose d’examiner le rôle du langage scientifique comme support des logiques d’aseptisation instaurées par le pouvoir soviétique face à des réalités dérangeantes. L’exemple de la façon de nommer la famine dans le discours officiel est emblématique. Des témoins de l’univers concentrationnaire soviétique (Jacques Rossi, Varlam Šalamov…) ont ainsi pointé la substitution du mot « голод » par une terminologie médicale obscure aux non-initiés, telle que « (poly)avitominose » et surtout « dystrophie ». Cette question sera examinée dans un contexte de famine massive, celui du siège de Leningrad (1941-1944). Omniprésent – voire envahissant – dans les témoignages bruts des assiégés, le mot « famine » s’avère quasiment absent des médias, de la littérature contemporaine aux événements et même des actes de décès (malgré les centaines de milliers de morts directement causées par ce fléau). Il s’agira d’envisager les mots-écrans issus du lexique médical comme une stratégie d’évitement, de neutralisation et de reconstruction du réel, et d’examiner leur réception par les citoyens, telle qu’elle se dévoile dans les sources privilégiées que sont leurs journaux intimes. À terme, l’exploration de l’interaction des individus avec cette terminologie permet plus globalement d’affiner notre compréhension du rapport des Soviétiques au langage officiel.

Discussion : Daria SINICHKINA (Sorbonne Université, Eur’ORBEM)


CONSULTER LES ARCHIVES : ici


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.