Colloque international : Marges en images (avril 2021)

MARGES EN IMAGES. PÉRIPHÉRIES, MINORITÉS ET TABOUS DANS LES FILMS DE 
MARCEL ŁOZIŃSKI, PÁL SCHIFFER ET ŽELIMIR ŽILNIK

En 1991, le cinéaste Marcel Łoziński réunit à Varsovie sept de ses anciens camarades, toutes et tous d’origine juive, qu’il avait connus dans l’enfance. Tirant de cette situation un film singulier intitulé Les Sept Juifs de ma classe [Siedmiu Żydów z mojej klasy], il ménage un espace d’échanges à la fois formel et intime au sein duquel chaque personne formule un témoignage libre. Leur parcours individuel se voit l’objet d’un récit et d’une exposition respectueuse, ceci étant permis par un contexte géopolitique en mutation, à l’aube d’une démocratisation en marche. À travers leurs paroles se trouvent ainsi évoqués les événements de mars 1968, qui avaient contraint les Juifs polonais à l’exil ; ce drame s’avère tant un point-pivot biographique qu’un enjeu mémoriel. Le film relève à plusieurs égards d’une véritable « épreuve » (Niney, 1998), à la fois réelle et filmique. Outre l’œuvre développée dès le début des années 1970 par Marcel Łoziński, cet intérêt envers des groupes sociaux disqualifiés est nourri par deux autres cinéastes de la même génération : le Hongrois Pál Schiffer et le Yougoslave Želimir Žilnik.

Dans les films réalisés par ces trois cinéastes, tout un ensemble de réalités discréditées sous des prétextes sociaux, moraux, religieux et idéologiques, sont appréhendées, comme l’existence périphérique des Tsiganes dans le contexte hongrois, et la vie précaire des minorités albanaises dans le contexte yougoslave. Ce colloque international se propose donc d’examiner la riche filmographie de ces figures trop méconnues de l’histoire du cinéma, en invitant à analyser comment s’y façonne une exposition poétique des marges dans une perspective élargie, ouvrant sur des problématiques d’ordre historique, sociologique, anthropologique et philosophique. À l’aune de ces démarches, c’est plus généralement l’une des vocations principales du cinéma documentaire qui se trouve interrogée : dans quelle mesure un film peut-il fondamentalement « donner à voir » (Daney, 1988) la réalité passée et présente, en pointant l’existence des populations marginalisées ?

Ouvrir une telle réflexion incite, en s’inscrivant dans le domaine socio-historique, à étudier les films comme des modalités de représentation des sociétés socialistes et post-socialistes. Il s’agit, plus précisément, de réfléchir à la manière dont les réalisateurs placent au cœur de leur démarche d’une part, un ensemble d’individus laissés-pour-compte (les femmes, les paysans récalcitrants aux réformes agraires, les ouvriers habitant dans les zones rurales, etc.), et d’autre part, des groupes minoritaires (les Tsiganes, les Juifs, les homosexuel-le-s, etc.). Par-delà, ce sont des sujets sensibles propres à chaque contexte national dont certains films traitent, qu’il s’agisse de tabous mémoriels ou de phénomènes minorés (chômage, alcoolisme, violences conjugales, problèmes d’éducation). Aussi devient-il stimulant de réfléchir à l’historicité de ces gestes filmiques qui traduisent un rapport de force entre les individus et les diverses instances de pouvoir, et d’où émergent des modes de résistance spécifiques (revendication de racines culturelles alternatives, transmission intergénérationnelle de langues non-officielles, etc.). Embrasser la période 1968-1998 permettra de mieux saisir les continuités et les ruptures en fonction des socles idéologiques concernés (communisme, nationalisme, conservatisme et libéralisme).

En enracinant la problématique dans les domaines de l’esthétique et de l’anthropologie visuelle, une seconde interrogation cruciale éclot : quelles stratégies poétiques nouvelles les cinéastes élaborent-ils devant et avec les réalités qu’ils souhaitent appréhender ? La question est de savoir comment ces démarches se risquent à donner à réfléchir des comportements et des paroles, des mémoires et des imaginaires, qui sont tout bonnement exclus des images de propagande ou des instances médiatiques traditionnelles. À ce sujet, il paraît intéressant d’évaluer dans quelle mesure les films sont autant d’applications du « modèle dialogique » (Roche, 2001), visant à la formation par le cinéma d’un co-savoir et de modalités égalitaires d’appréhension de l’autre. Ainsi, il semble pertinent d’interroger ici le film comme véritable intervention critique par laquelle se négocie une expérience moins fidèle que profondément troublante. Encourageant à déplacer la notion d’« éthique du regard » (Rollet, 2011), ce colloque cherche plus généralement à évaluer la propension du cinéma documentaire à rétablir une intégrité humaine antérieurement atteinte et malmenée, voire même défaite.

Ce colloque assume une perspective transdisciplinaire, croisant divers domaines scientifiques (histoire du cinéma, esthétique, philosophie, histoire, sciences politiques, anthropologie, sociologie, etc.). Elle sera accompagnée d’une rétrospective à la Cinémathèque du documentaire (Centre Pompidou, Paris), ainsi que par des projections-débats et des tables-rondes à l’Inalco, en présence des cinéastes Marcel Łoziński et Želimir Žilnik.

Site internet du colloque : https://eastmarginsconference.wordpress.com/


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Équipe (18 juin 2021). Colloque international : Marges en images (avril 2021). SAMSON⏐Sciences, Arts, Medicine and Social Norms. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tvhp


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.