Séance 7 : Biomécanique des corps (théâtre et danse)

Jeudi 17 mars 2022 (17h30-19h30)

Irina Sirotkina (Académie russe des sciences, Moscou)

Biomechanics: The art and science of movement

The term, biomechanics, is of scientific and medical origins; it appears to be introduced in the late nineteenth century in embryology, and its usages included medical research on the lungs and breathing. In the early 1920s, the founder of the Central Institute of Labour, Aleksey Gastev, opened the biomechanics laboratory for the studies of working movements. The person in charge was the young physiologist, Nikolay Bernstein, who technically improved Étienne-Jules Marey’s chronophotography, did extensive research on various kinds of movement, and composed the first handbook of General Biomechanics (Obshchaya biomekhanika, 1926), as an introductory course for factory instructors. Biomechanics came to theatre with the help of the stage directors, Vsevolod Meyerhold and Nikolai Foregger, both of whom knew Gastev from their participation in Proletkult, a public organization to promote the culture of workers. Inspired by biomechanics, Foregger created Machine dances, and Meyerhold, his stage biomechanics. In my paper, I’ll focus on Bernstein’s research which served as a background for the ‘machine style’ of the 1920s Soviet theatre.

Marie-Christine Autant-Mathieu (CNRS, Eur’ORBEM)

La biomécanique et ses avatars sur les scènes soviétiques

L’histoire de la biomécanique théâtrale se situe dans une période brève (1918-fin des années 1920) et se trouve généralement associée au parcours de Vsevolod Meyerhold.
Si le terme, aux origines biologiques et médicales, a séduit les représentants de l’avant-garde, c’est qu’il convenait idéalement aux projets du nouveau pouvoir, impatient de forger un homme nouveau en s’appuyant sur la science. Depuis le dernier quart du XIXe siècle, parallèlement au développement de l’industrie, les écoles de médecine, les instituts de recherche en psycho et physiologie, en psychiatrie, fleurissent en Russie.
Après Octobre 1917, la biomécanique va être utilisée pour rationaliser les mouvements des ouvriers, militaires, sportifs et, par contamination, des danseurs et des acteurs.
Au théâtre, des recherches sont menées pour rationaliser les mouvements par les militants de la gauche révolutionnaire dans des ateliers (masterskie : on n’utilise plus le mot école ou  studio) à l’aide de « dispositifs » (ustanovki : on bannit les décors et les accessoires). Le metteur en scène Meyerhold se distingue par son radicalisme et son inventivité et fera du Cocu magnifique (Velikodušnyj rogonosec) de F. Crommelynck (1922) un spectacle manifeste de la révolution au théâtre, en introduisant la biomécanique comme système de jeu. Quelques temps plus tard, le choix de Je veux un enfant, une pièce de Serge Tretiakov qu’il essaie de faire autoriser pendant trois saisons, en dit long sur les transformations de l’espèce humaine que certains envisagent au pays des soviets. Objet de débats publics et de recours aux instances de la censure, le texte expose les visées eugénistes des militants de l’avant-garde, appelant de leurs vœux la sélection d’une nouvelle race d’hommes, à 1OO% d’origine prolétarienne.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Équipe (23 février 2022). Séance 7 : Biomécanique des corps (théâtre et danse). SAMSON⏐Sciences, Arts, Medicine and Social Norms. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tvhw


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.