Tous les articles par Équipe

Séance 3 : Horizons scientifiques de la littérature russe

  • La séance a lieu le vendredi 17 décembre 2021 de 16h à 18h en anglais (in English only)
  • Thème / Topic : Horizons scientifiques de la littérature russe (XVIIIe-XIXe siècles) / Scientific Horizons of Russian literature (18th-19th centuries)


Interventions prévues :

Valeriia Mutc (University of Yale)

Popular Science and New Readership in Russia at the End of the 19th Century

This talk will discuss the phenomenon of popular science in the 19th century through Around the World, Russia’s most popular journal at the turn of the century. The journal not only popularized science among a wide reading audience, but also created a vision of an ideal consumer of science—a dedicated citizen, who would use scientific advancement to uphold traditional, conservative, and national values of the Russian Empire. Despite the widespread belief that nationalism and exceptionalism in science were a unique product of the Soviet period, a closer look at popular science and science fiction within Around the World demonstrates that, since the 1890s, science became paradoxically linked not to the ideas of progress and change, but to stability, exceptionalism, patriarchal culture, and an autocratic regime.

Anna Graber (University of Minnesota)

The Lessons of Disaster: Theodicy in Lomonosov’s Theory of Earth

There is an incongruence in the treatments of Mikhail Lomonosov in Russian and Western histories of eighteenth-century science.  He is an unsung genius in Russian histories of science, while for Western historians of science he is a nonentity.  The aim of this essay is to bridge this gap to determine Lomonosov’s—and by extension Russia’s—role in a narrative of eighteenth-century science. I argue that Lomonosov is best understood as a “go-between” who crossed between the different cultures and environments of the St. Petersburg Academy of Sciences, German mines and universities, and the homes of his aristocratic patrons.  This essay takes Lomonosov’s scientific and literary works on the earth as a case study of the creative work Lomonosov performed in translating knowledge systems between the mine, the academy, and the court.  Special focus is given to the Oration on the Generation of Metals in Earthquakes (1757), which I read as a geological theodicy. The goal of the oration is to give meaning to earthquakes, shifting the perspective from that of those suffering in earthquakes to an understanding of earthquakes as part of a cycle of metal production that is ultimately to humankind’s benefit.  Addressing at once a double audience of Elizabeth’s courtiers (on the occasion of the empress’s name day) and the European Republic of Letters (through publication of a Latin edition of the text of the oration), Lomonosov mediates between the two groups to process the Enlightenment’s defining natural disaster—the Great Lisbon Earthquake of 1755—into a novel theory of the phlogiston cycle and of metallogensis and to intervene on the side of Leibnizian and Wolffian theodicy in the Quarrel of Optimism.

Modération et discussion / Discussant : Daria Sinichkina (Sorbonne Université, Eur’ORBEM)


Pour participer par zoom, cliquer sur le lien (Zoom link) : https://us02web.zoom.us/j/86750764839?pwd=blJDbmpFYjdiL3JkN2c5NkNjMDRpQT09
ID de réunion : 867 5076 4839
Code secret : 761804

Séance 2 : La créativité vue par la psychiatrie

  • La séance a lieu le jeudi 25 novembre 2021 de 17h30 à 19h30 en français (in French only).
  • Thème : La créativité vue par la psychiatrie : art brut et finesses réflexives (Creativity and Psychiatry)
  • Cette séance est organisée en coopération avec l’Initiative Humanités Biomédicales


Interventions prévues :

Giordana Charuty (EHESS)

Autour de l’ouvrage “Au temps des utopies radieuses – Création et folie en Russie soviétique (1921-1929)” (avec Elena Prosvetina, Presses du réel, 2021)

Amélie Bion (Praticien Hospitalier dans le service de Psychiatrie de l’enfant et de l’Adolescent du Pr David Cohen à la Pitié Salpêtrière)

Créativité vue par la psychiatrie : applications en psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent

Après une brève évocation de l’exposition Charcot, une vie avec l’image (2014) où des productions d’enfants et d’adolescents du Service répondaient à celles d’artistes contemporains, nous introduirons la notion de médiation artistique et lèverons quelques confusions épistémologiques couramment rencontrées en art-thérapie et dans l’art brut. Nous préciserons les objectifs des thérapies à médiation artistique auprès de jeunes patients qui ne se résument pas au fait de faire l’expérience de la créativité. Les thérapies par la création permettent aussi de redécouvrir le plaisir apprendre, de renforcer l’estime de soi, créer un espace transitionnel, permettre de situer le sujet dans un espace à la fois diachronique et actuel etc. Enfin, nous illustrerons le concept de médiation artistique par quelques expériences d’ateliers ayant eu lieu dans le service.

Modération et discussion : Rodolphe Baudin (Sorbonne Université, Eur’ORBEM)


Pour participer par zoom, cliquer sur le lien : https://zoom.us/j/99824705665?pwd=bGhLZHRlcjdMRjZQRGVYOHZ4ZEh1Zz09

ID de réunion : 998 2470 5665
Code secret : 853866

Séance 1 : Technicité du poétique

  • La séance a lieu le vendredi 15 octobre 2021 de 16h à 18h en français (in French only).
  • Thème : Technicité du poétique (Technicity of Poetics)


Interventions prévues :

Xavier Galmiche (Sorbonne Université) : « “Friture sur la ligne”. Pannes poétiques »

De l’instrument sommaire aux automates modernes, les technologies pèsent sur les processus de création et de perception. Complémentaires ou supplétives des ressources naturelles, elles font miroiter l’utopie d’un perfectionnement continu, que la pratique dément cependant avec constance, grâce aux dysfonctionnements, pannes, bugs et crash.
La radio- et télécommunication vécurent ainsi sous la menace du parasite sonore (« friture sur la ligne »), et je me propose, à partir de l’œuvre multilingue du poète tchèque Ivan Blatný, de rappeler quelques usages poétiques que ces interférences ont fait naître durant la « guerre des ondes » qui a marqué le XXe siècle.
J’essaierai de comprendre en quoi cet usage de la panne répond à l’angoisse, nourrie par la pensée technophobe et mélophobe, de voir la technologie annihiler des registres essentiels de la poésie : l’infrason (pour rester dans le domaine phonique) mais plus généralement « l’infrapoétique » (les registres subliminaux).

Petr Kyloušek (Université Masaryk, Brno) : « Fonction, norme vs. construction du texte : détermination vs. indétermination »

L’écriture et la lecture sont des activités à la fois « syntagmatiques » et « paradigmatiques », totalisantes, car imposant un sens global à tout moment du parcours, et indéterminées, car ouvertes dans le sens du processus en cours de composition, recomposition. Le heurt entre le regard globalisant et la processualité, entre les contraintes et les ouvertures du texte sont à la fois internes et extratextuelles impliquant la limite entre le littéraire et le non-littéraire. Pour illustrer la problématique, je vais faire appel aux écrits de Jan Mukařovský, Roman Ingarden, Jiří Levý (ses analyses des tradutions) et Milan Jankovič.

Modération et discussion : Petra James (Chaire de Langue et Littérature Tchèques, Université Libre de Bruxelles).


¦ Ajouter à Google calendar ¦

Pour participer par zoom, cliquer sur le lien : https://us02web.zoom.us/j/89221749214?pwd=a1p6QzRlelNtOERmSGx5dnNmS01hZz09

ID de réunion : 892 2174 9214
Code secret : 215443

Colloque international : Marges en images (avril 2021)

MARGES EN IMAGES. PÉRIPHÉRIES, MINORITÉS ET TABOUS DANS LES FILMS DE 
MARCEL ŁOZIŃSKI, PÁL SCHIFFER ET ŽELIMIR ŽILNIK

En 1991, le cinéaste Marcel Łoziński réunit à Varsovie sept de ses anciens camarades, toutes et tous d’origine juive, qu’il avait connus dans l’enfance. Tirant de cette situation un film singulier intitulé Les Sept Juifs de ma classe [Siedmiu Żydów z mojej klasy], il ménage un espace d’échanges à la fois formel et intime au sein duquel chaque personne formule un témoignage libre. Leur parcours individuel se voit l’objet d’un récit et d’une exposition respectueuse, ceci étant permis par un contexte géopolitique en mutation, à l’aube d’une démocratisation en marche. À travers leurs paroles se trouvent ainsi évoqués les événements de mars 1968, qui avaient contraint les Juifs polonais à l’exil ; ce drame s’avère tant un point-pivot biographique qu’un enjeu mémoriel. Le film relève à plusieurs égards d’une véritable « épreuve » (Niney, 1998), à la fois réelle et filmique. Outre l’œuvre développée dès le début des années 1970 par Marcel Łoziński, cet intérêt envers des groupes sociaux disqualifiés est nourri par deux autres cinéastes de la même génération : le Hongrois Pál Schiffer et le Yougoslave Želimir Žilnik.

Dans les films réalisés par ces trois cinéastes, tout un ensemble de réalités discréditées sous des prétextes sociaux, moraux, religieux et idéologiques, sont appréhendées, comme l’existence périphérique des Tsiganes dans le contexte hongrois, et la vie précaire des minorités albanaises dans le contexte yougoslave. Ce colloque international se propose donc d’examiner la riche filmographie de ces figures trop méconnues de l’histoire du cinéma, en invitant à analyser comment s’y façonne une exposition poétique des marges dans une perspective élargie, ouvrant sur des problématiques d’ordre historique, sociologique, anthropologique et philosophique. À l’aune de ces démarches, c’est plus généralement l’une des vocations principales du cinéma documentaire qui se trouve interrogée : dans quelle mesure un film peut-il fondamentalement « donner à voir » (Daney, 1988) la réalité passée et présente, en pointant l’existence des populations marginalisées ?

Ouvrir une telle réflexion incite, en s’inscrivant dans le domaine socio-historique, à étudier les films comme des modalités de représentation des sociétés socialistes et post-socialistes. Il s’agit, plus précisément, de réfléchir à la manière dont les réalisateurs placent au cœur de leur démarche d’une part, un ensemble d’individus laissés-pour-compte (les femmes, les paysans récalcitrants aux réformes agraires, les ouvriers habitant dans les zones rurales, etc.), et d’autre part, des groupes minoritaires (les Tsiganes, les Juifs, les homosexuel-le-s, etc.). Par-delà, ce sont des sujets sensibles propres à chaque contexte national dont certains films traitent, qu’il s’agisse de tabous mémoriels ou de phénomènes minorés (chômage, alcoolisme, violences conjugales, problèmes d’éducation). Aussi devient-il stimulant de réfléchir à l’historicité de ces gestes filmiques qui traduisent un rapport de force entre les individus et les diverses instances de pouvoir, et d’où émergent des modes de résistance spécifiques (revendication de racines culturelles alternatives, transmission intergénérationnelle de langues non-officielles, etc.). Embrasser la période 1968-1998 permettra de mieux saisir les continuités et les ruptures en fonction des socles idéologiques concernés (communisme, nationalisme, conservatisme et libéralisme).

En enracinant la problématique dans les domaines de l’esthétique et de l’anthropologie visuelle, une seconde interrogation cruciale éclot : quelles stratégies poétiques nouvelles les cinéastes élaborent-ils devant et avec les réalités qu’ils souhaitent appréhender ? La question est de savoir comment ces démarches se risquent à donner à réfléchir des comportements et des paroles, des mémoires et des imaginaires, qui sont tout bonnement exclus des images de propagande ou des instances médiatiques traditionnelles. À ce sujet, il paraît intéressant d’évaluer dans quelle mesure les films sont autant d’applications du « modèle dialogique » (Roche, 2001), visant à la formation par le cinéma d’un co-savoir et de modalités égalitaires d’appréhension de l’autre. Ainsi, il semble pertinent d’interroger ici le film comme véritable intervention critique par laquelle se négocie une expérience moins fidèle que profondément troublante. Encourageant à déplacer la notion d’« éthique du regard » (Rollet, 2011), ce colloque cherche plus généralement à évaluer la propension du cinéma documentaire à rétablir une intégrité humaine antérieurement atteinte et malmenée, voire même défaite.

Ce colloque assume une perspective transdisciplinaire, croisant divers domaines scientifiques (histoire du cinéma, esthétique, philosophie, histoire, sciences politiques, anthropologie, sociologie, etc.). Elle sera accompagnée d’une rétrospective à la Cinémathèque du documentaire (Centre Pompidou, Paris), ainsi que par des projections-débats et des tables-rondes à l’Inalco, en présence des cinéastes Marcel Łoziński et Želimir Žilnik.

Site internet du colloque : https://eastmarginsconference.wordpress.com/

Journée d’études : Trains (mars 2021)

Programme

Mercredi 3 mars 2021

14h – Introduction par Delphine BECHTEL

14h15-15h50 – PANEL 1

Wojciech TOMASIK (Université de Bydgoszcz)
« Pocałunek w tunelu [Un baiser dans le tunnel] »

Luba JURGENSON (Sorbonne Université, Eur’ORBEM) :
« Témoignages de déportés : paysages vus par la fenêtre du train »

— Discussion : Xavier GALMICHE (Sorbonne Université, Eur’ORBEM)

Consulter l’archive de la session : https://sharedocs.huma-num.fr/wl/?id=E7CiHZ7ZnO1IJ0tlmTdMLhBGLCFn7Zdn

16h – Projection commentée du film Haut les mains ! (Ręce do góry, Pologne, 76 min., 1967) de Jerzy Skolimowski.

— Présentation : Mathieu LERICQ (Sorbonne Université, Eur’ORBEM)

Consulter l’archive de la session : https://sharedocs.huma-num.fr/wl/?id=G8pCjaO1ZJWlzQUjN9tHqGOpmY2GO2NU / Discussion après la projection : https://sharedocs.huma-num.fr/wl/?id=F6lEUC6GCXxzRRn1t9Lc7QyyGpEs1lEK


Jeudi 4 mars 2021

10h-12h – PANEL 2

Hélène MÉLAT (Sorbonne Université, Eur’ORBEM) :
« Les trains fantastiques de la littérature postsoviétique : La Flèche jaune de Viktor Pélévine et Le Train zéro de Iouri Bouïda »

Catherine GÉRY (INALCO, CREE)
« De l’objet au récit : le train comme moteur narratif dans la littérature russe du XIXe siècle »

Naïma BERKANE (Sorbonne Université, Eur’ORBEM)
« Le train comme élément générique dans le Novi film yougoslave (1961-1973) : motif récurrent ou signe de reconnaissance d’un « cinéma de genre » ? »

— Discussion : Kinga SIATKOWSKA-CALLEBAT (Sorbonne Université, Eur’ORBEM)

Consulter l’archive de la session : https://sharedocs.huma-num.fr/wl/?id=3ytGpcYVG1Uo5U3qgk8L1XUBmuz1rMZU


Pause repas

14h-15h – Atelier de réflexion autour d’extraits du film Turksib (Турксиб, URSS, 1929) de Victor Tourine.
Commentaires par Cloé DRIEU (CNRS, CETOBaC) et Irina TCHERNEVA (CNRS, Eur’ORBEM)

Consulter l’archive de la session : https://sharedocs.huma-num.fr/wl/?id=v7kAv2vvaxprmolzDzpoOMbyj5ST1uFf

15h15-17h – PANEL 3

Mathieu LERICQ (Sorbonne Université, Eur’ORBEM)
« Entre stases et passages. La gare comme espace du regard dans le cinéma documentaire d’Europe centrale et orientale »

Hayk Paul HAMBARTSUM (Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne)
« Voyage en train et archives dans le cinéma de Yervant Gianikian et Angela Ricci Lucchi »

— Discussion : Eugénie ZVONKINE (Université Paris 8 – Vincennes Saint Denis, ESTCA)

Consulter l’archive de la session : https://sharedocs.huma-num.fr/wl/?id=jrM8hEBnWsUAxLaSDTSZxHveBHOCgjGI

17h15 – Projection commentée de deux films : PiRaMiDaS (Hongrie, 12 min., 1984) de Ivan Ladislav Galeta et Interlinks (Przedziały, Pologne, 18 min., 2016) de Karol Starnawski.

— Projection suivie d’une discussion avec Karol STARNAWSKI (cinéaste).

Consulter l’archive de la session : https://sharedocs.huma-num.fr/wl/?id=PJ7rSEgKCzs0HtttEKdeVAcYTqY6E2ow

Séance 8 : Cadavres

Vendredi 11 juin 2021 | 16h-18h (Friday 11 June 2021, 4-6pm CET)

Thème : Exhumer les cadavres (des mots et des images)

Intervenantes :

  • Claire DELAUNAY (Sorbonne Université, Eur’ORBEM)  
    Présentation du projet « CadavRe » : « Le Cadavre en Représentation. Dire et montrer le corps mort dans la littérature et les arts russes des origines à nos jours »

  • Irina TCHERNEVA (CNRS, Eur’ORBEM) 
    « Braquer l’objectif sur les massacres. Registres visuels dans l’image fixe et animée des traces de crimes nazis (1941-1945) »

Au cours de la libération des territoires occupés par la Wermacht, les praticiens soviétiques du cinéma et de la photographie documentaires ont créé un considérable corpus visuel, peu connu jusqu’à son exploitation par deux récents projets de recherche : l’ANR « Cinésov, 1939-1949» et Horizons2020 « Visual History of the Holocaust ». À quels segments de l’espace public et semi-public se destinaient ces images ? En quoi leur esthétique répond-elle aux exigences des diverses institutions impliquées dans la collecte de preuves sur les crimes nazis, tout comme aux attentes de la société ? Pour y réfléchir, la présente contribution placera au cœur de l’analyse l’émergence des modes de documentation des crimes nazis par le visuel. Elle examinera les pratiques de prise de vues au regard des archives textuelles et abordera la tension entre verbe et image face à la mort.

  • Sarah GRUSZKA (EHESS, CERCEC)
    « Le rôle de la langue médicale dans la rhétorique du non-dit des catastrophes. Nommer la famine dans Leningrad assiégé »

Cette présentation se propose d’examiner le rôle du langage scientifique comme support des logiques d’aseptisation instaurées par le pouvoir soviétique face à des réalités dérangeantes. L’exemple de la façon de nommer la famine dans le discours officiel est emblématique. Des témoins de l’univers concentrationnaire soviétique (Jacques Rossi, Varlam Šalamov…) ont ainsi pointé la substitution du mot « голод » par une terminologie médicale obscure aux non-initiés, telle que « (poly)avitominose » et surtout « dystrophie ». Cette question sera examinée dans un contexte de famine massive, celui du siège de Leningrad (1941-1944). Omniprésent – voire envahissant – dans les témoignages bruts des assiégés, le mot « famine » s’avère quasiment absent des médias, de la littérature contemporaine aux événements et même des actes de décès (malgré les centaines de milliers de morts directement causées par ce fléau). Il s’agira d’envisager les mots-écrans issus du lexique médical comme une stratégie d’évitement, de neutralisation et de reconstruction du réel, et d’examiner leur réception par les citoyens, telle qu’elle se dévoile dans les sources privilégiées que sont leurs journaux intimes. À terme, l’exploration de l’interaction des individus avec cette terminologie permet plus globalement d’affiner notre compréhension du rapport des Soviétiques au langage officiel.

Discussion : Daria SINICHKINA (Sorbonne Université, Eur’ORBEM)


CONSULTER LES ARCHIVES : ici

Séance 7 : Écrits de l’intime et handicap

Vendredi 21 mai 2021 | 16h-18h (Friday 21 May 2021, 4-6pm CET)

Thème : Aux frontières (des écrits) de soi (et de la littérature) : études sur le handicap face aux écrits de l’intime, un état des lieux /
Limits of the Self, Limits of Literature : Crossing Autobiographical and Disability Studies

Intervenants / Guests :

  • Tom COUSER (Hofstra University, Hempstead, NY USA)
    The Limits of Disability Life-writing

Fresh from two experiences that have stimulated my thinking about the topic of this seminar, I will approach it directly and quite broadly. The first experience was that of co-editing a two- volume reference work entitled Disability Experiences: Memoirs, Autobiographies, and Other Personal Narratives for Gale Cengage, with Susannah B. Mintz (2019). The second was teaching the Illness/Disability Narrative Course in Columbia’s Narrative Medicine Program this last term. Both experiences have entailed consideration of distinct and various limits of disability narrative: e.g., generic, geographical, physiological. I will address limits on both the production and the reception of such narrative and the consequent limitations of this discourse. Overall, the status of disability life writing today is paradoxical: on the one hand, it often exceeds what might have been considered its limits; on the other, it remains limited in troubling ways.

  • Mateusz CHMURSKI (Sorbonne Université, Eur’ORBEM)
    Six Characters (and a Document) in Search of an Author: The Facsimile of Witold Gombrowicz’s Kronos

Since its invention situated usually in 1862, fac-simile as a technical disposal promises literally “to make similar” in print an original of a given work of an author. Representative for the modern “fascination with subject formation (of a text or of an author) and the role of materiality in this transformation” (Roland 2011, 52), the facsimile production became gradually theorized from different perspectives both in art history and literary studies. I propose to observe its ambivalent status through the case study of the Polish writer Witold Gombrowicz (1904-1969) Kronos facsimile edition as an intersemiotic frame in which discourses, hierarchies (and, first and foremost, norms) crisscross while “the on-going historical process of text production known as editing” (Dane 1995, 46) becomes a complex play with six protagonists – the heir, the editor, the translator, the researcher, the journalist, and the reader. Tutti in cerca d’autore.

Discussion : Clara ROYER (Sorbonne Université, Eur’ORBEM)


CONSULTER LES ARCHIVES : ici

Séance 6 : La technique comme symbole

Séance du 07 mai 2021 | 16h-18h

Intervenant-e-s :

Yuri LEVING (Dalhousie University)
How the Revolution Triumphed: Alisa Poret’s Textbook of Cultural Iconography

Yuri Leving offers an exploration of a Soviet children’s book – How the Revolution Triumphed (Kak pobedila revoliutsiia), illustrated by Alisa Poret (1902–1984). The book, published in 1930, thirteen years after the October Revolution, offered a visual-verbal narrative that served, in effect, as a primer for teaching communism to Soviet children. Its key didactic goal was to introduce the newest generation of Soviet readership to the sequence of historical calamities that led to the Bolshevik seizure of power and, even more importantly, to ensure that their interpretation of the anti-imperial coup was correct. The book relies on both the clear visual expressionism of Poret’s imagery and the accompanying text. WithHow the Revolution Triumphed, Poret invented a didactic « cinebook » (or a « knino »), a hybrid work conceptually blending a totalitarian optics with a print medium. Leving will demonstrate the emergence of a visual vocabulary that successfully blended cinema, photography, graphic art, and book illustrations using dynamic visual language to amplify a story of political upheaval.

Daria SINICHKINA (Sorbonne Université, Eur’ORBEM)
Kuznica and the science of the new “proletarian” poetry

In the aftermath of 1917, a new vocabulary enters the discourse on literature in general and on poetry in particular. The young proletarian culture in the making – its content is intensively debated on the pages of periodicals of different political stripes – formulates its principles using a vocabulary that comes from the fields of politics, science, technology and, last but not least, medicine. Kuznica (the forge), a group of proletarian poets founded in 1920, which includes Mikhail Gerasimov and Vladimir Kirillov, embraces the artisanal metaphor of the “factory” of poets. Nonetheless, while calling for the creation of new rational poetic standards, Kuznica’s manifesto recycles organic and industrial metaphors of the same culture it rejects. The example of Kuznica is particularly interesting for grasping the dynamics at work in the new “proletarian” discourse on poetry in the aftermath of 1917, when poetry was the object of an ambition of rationalization and recasting applied to all living forms.

Discussion : Rodolphe BAUDIN (Sorbonne Université, Eur’ORBEM)


CONSULTER LES ARCHIVES : ici

Séance 5 : Savoirs scientifiques et esthétique filmique

Ressources relatives à la séance du séminaire du 09/04/2021

Thème : Savoirs scientifiques et médicaux en dialogue avec l’esthétique filmique (Scientific and medical knowledge in relation to filmic aesthetics)

— Résumés/Abstracts :

John MACKAY (University of Yale)
Dziga Vertov at the Psychoneurological Institute and beyond

In my presentation I would like to discuss Dziga Vertov’s time at the Petrograd Psychoneurological Institute (1914-16), and the possible impact of his studies there on his filmmaking practice. While Vertov was studying at the Institute, scientific filmmaking (in which he might have been involved) was being conducted there, and the application of film to scientific study was discussed publicly by some of the Institute’s most famous professors, including its founder, Vladimir Bekhterev (1857-1927). Beyond this, two scientific notions of importance at the Institute during these years – a materialist monism that took energy to be the basic stuff of all physical and mental phenomena, and a preoccupation with the communicative and economic significance of the rhythms of bodily movements – may have had a lasting effect on Vertov’s thinking about a “revolutionary” cinema’s true vocation.


Anna TOROPOVA (University of Nottingham)
Technology of the Unconscious: Cinema and Hypnosis in Early Soviet Russia

The 1930s in Soviet Russia witnessed a number of experiments in film psychotherapy—the attempt to deploy the cinematic medium in the hypnotherapeutic treatment of addictions, neuroses and mental disorders. This paper explores how such experiments sought to turn cinema’s ‘hypnotic and suggestive power’, which was a source of considerable anxiety in interwar Europe, into a positive therapeutic force. Tracing the fate of the Soviet psychotherapeutic film from its roots in the health enlightenment campaigns of the 1920s, I bring to light the medical and political hopes pinned on the project as well as the reasons why film psychotherapy’s considerable potential remained largely unrealised.

Discussion : Irina Tcherneva (CNRS, Eur’ORBEM)

Dziga Vertov, STRIDE, SOVIET (1926)

CONSULTER LES ARCHIVES : ici

Séance 4 : Genre et homosexualités

Ressources relatives à la séance du séminaire du 19/03/2020

— Résumés

Intervention de Clara ROYER (Sorbonne Université, Eur’ORBEM) :

The Case of Sándor Vay: Negotiating Gender in Fin-de-Siècle Austro-Hungary

This presentation follows the case of count Sándor Vay (1859-1918), one of the most famous instances of gender transgression in fin-de-siècle Austro-Hungary. Born into a Hungarian aristocratic family and well-known within the Budapest literary and upper-class circles, Vay was the accused party in a widely publicized case court (1889-1890) which questioned his assumed male identity. The fame of the case made Vay’s gender, and the discrepancy between assigned and assumed identities, the object of a variety of discourse trying to frame its non-normative character. This comprised not just a variety of forms of expertise (legal discourses, medical expertise, and even literary analyzes) but also lay discourses like the emerging international yellow press.

Unlike previous scholarship focusing on the case, this presentation will try to point out the
discrepancies, contradictions, and conflicts between these diverse ways of framing Vay’s
gender identity. Thus, Vay’s case did not feature a dualistic conflict between heteronormativity and gender-transgression. On the contrary, his case was structured by the variety of conflicting gender-role models and their relationship with the body (yellow-press journalism, legal institutions, class-based models of gender roles, etc.). The presentation will try to trace the way Vay tried to navigate this complex discursive field, negotiating his position. I will focus especially on his prose writing, seeing it as a specific strategy used by Vay in order to integrate his identity within the hegemonic discourse of his time i.e., Hungarian nationalism.

Intervention de Judit TAKÁCS (Hungarian Academy of Sciences) :

Framing Homosexualities in State-Socialist Hungary

It would be pointless to look for homosexuality in the criminal codes that have ever been in force in Hungary: since the second half of the 19 th century homosexual practices were punished under the heading of “unnatural fornication” in the chapter on Crimes and offences against sexual morality. While the precise scope of what exactly constituted unnatural fornication was hard to determine, it is striking to see the double standard applied to non- reproductive sexual practices in terms of the fornicators’ gender composition: they were seen as having the potential to cause social harm only if these practices were conducted by same- sex partners.

State surveillance on homosexualities seems to have subsisted after the “communist” takeover. In fact, compiling homosexual inventories to gain an overview of potential blackmail victims to be coerced into becoming police informers was part of regular police work in urban areas and especially in Budapest, the capital city of Hungary. In my talk I will focus on the background of the decriminalization of consensual homosexual acts in the 1961 Hungarian Penal Code by using previously unknown original archive material from 1958. I will also briefly discuss the changing decriminalisation landscapes of 20 th century Central Eastern Europe, and some specific aspects of queer life during state-socialism in Hungary, including cognitive isolation and the fluidity of sexual self-identification.

Discussion : Mathieu Lericq


CONSULTER LES ARCHIVES : ici