Archives de catégorie : Ressources

Séance 1 : Technicité du poétique

  • La séance a lieu le vendredi 15 octobre 2021 de 16h à 18h en français (in French only).
  • Thème : Technicité du poétique (Technicity of Poetics)


Interventions prévues :

Xavier Galmiche (Sorbonne Université) : « “Friture sur la ligne”. Pannes poétiques »

De l’instrument sommaire aux automates modernes, les technologies pèsent sur les processus de création et de perception. Complémentaires ou supplétives des ressources naturelles, elles font miroiter l’utopie d’un perfectionnement continu, que la pratique dément cependant avec constance, grâce aux dysfonctionnements, pannes, bugs et crash.
La radio- et télécommunication vécurent ainsi sous la menace du parasite sonore (« friture sur la ligne »), et je me propose, à partir de l’œuvre multilingue du poète tchèque Ivan Blatný, de rappeler quelques usages poétiques que ces interférences ont fait naître durant la « guerre des ondes » qui a marqué le XXe siècle.
J’essaierai de comprendre en quoi cet usage de la panne répond à l’angoisse, nourrie par la pensée technophobe et mélophobe, de voir la technologie annihiler des registres essentiels de la poésie : l’infrason (pour rester dans le domaine phonique) mais plus généralement « l’infrapoétique » (les registres subliminaux).

Petr Kyloušek (Université Masaryk, Brno) : « Fonction, norme vs. construction du texte : détermination vs. indétermination »

L’écriture et la lecture sont des activités à la fois « syntagmatiques » et « paradigmatiques », totalisantes, car imposant un sens global à tout moment du parcours, et indéterminées, car ouvertes dans le sens du processus en cours de composition, recomposition. Le heurt entre le regard globalisant et la processualité, entre les contraintes et les ouvertures du texte sont à la fois internes et extratextuelles impliquant la limite entre le littéraire et le non-littéraire. Pour illustrer la problématique, je vais faire appel aux écrits de Jan Mukařovský, Roman Ingarden, Jiří Levý (ses analyses des tradutions) et Milan Jankovič.

Modération et discussion : Petra James (Chaire de Langue et Littérature Tchèques, Université Libre de Bruxelles).


¦ Ajouter à Google calendar ¦

Pour participer par zoom, cliquer sur le lien : https://us02web.zoom.us/j/89221749214?pwd=a1p6QzRlelNtOERmSGx5dnNmS01hZz09

ID de réunion : 892 2174 9214
Code secret : 215443

Séance 8 : Cadavres

Vendredi 11 juin 2021 | 16h-18h (Friday 11 June 2021, 4-6pm CET)

Thème : Exhumer les cadavres (des mots et des images)

Intervenantes :

  • Claire DELAUNAY (Sorbonne Université, Eur’ORBEM)  
    Présentation du projet « CadavRe » : « Le Cadavre en Représentation. Dire et montrer le corps mort dans la littérature et les arts russes des origines à nos jours »

  • Irina TCHERNEVA (CNRS, Eur’ORBEM) 
    « Braquer l’objectif sur les massacres. Registres visuels dans l’image fixe et animée des traces de crimes nazis (1941-1945) »

Au cours de la libération des territoires occupés par la Wermacht, les praticiens soviétiques du cinéma et de la photographie documentaires ont créé un considérable corpus visuel, peu connu jusqu’à son exploitation par deux récents projets de recherche : l’ANR « Cinésov, 1939-1949» et Horizons2020 « Visual History of the Holocaust ». À quels segments de l’espace public et semi-public se destinaient ces images ? En quoi leur esthétique répond-elle aux exigences des diverses institutions impliquées dans la collecte de preuves sur les crimes nazis, tout comme aux attentes de la société ? Pour y réfléchir, la présente contribution placera au cœur de l’analyse l’émergence des modes de documentation des crimes nazis par le visuel. Elle examinera les pratiques de prise de vues au regard des archives textuelles et abordera la tension entre verbe et image face à la mort.

  • Sarah GRUSZKA (EHESS, CERCEC)
    « Le rôle de la langue médicale dans la rhétorique du non-dit des catastrophes. Nommer la famine dans Leningrad assiégé »

Cette présentation se propose d’examiner le rôle du langage scientifique comme support des logiques d’aseptisation instaurées par le pouvoir soviétique face à des réalités dérangeantes. L’exemple de la façon de nommer la famine dans le discours officiel est emblématique. Des témoins de l’univers concentrationnaire soviétique (Jacques Rossi, Varlam Šalamov…) ont ainsi pointé la substitution du mot « голод » par une terminologie médicale obscure aux non-initiés, telle que « (poly)avitominose » et surtout « dystrophie ». Cette question sera examinée dans un contexte de famine massive, celui du siège de Leningrad (1941-1944). Omniprésent – voire envahissant – dans les témoignages bruts des assiégés, le mot « famine » s’avère quasiment absent des médias, de la littérature contemporaine aux événements et même des actes de décès (malgré les centaines de milliers de morts directement causées par ce fléau). Il s’agira d’envisager les mots-écrans issus du lexique médical comme une stratégie d’évitement, de neutralisation et de reconstruction du réel, et d’examiner leur réception par les citoyens, telle qu’elle se dévoile dans les sources privilégiées que sont leurs journaux intimes. À terme, l’exploration de l’interaction des individus avec cette terminologie permet plus globalement d’affiner notre compréhension du rapport des Soviétiques au langage officiel.

Discussion : Daria SINICHKINA (Sorbonne Université, Eur’ORBEM)


CONSULTER LES ARCHIVES : ici

Séance 7 : Écrits de l’intime et handicap

Vendredi 21 mai 2021 | 16h-18h (Friday 21 May 2021, 4-6pm CET)

Thème : Aux frontières (des écrits) de soi (et de la littérature) : études sur le handicap face aux écrits de l’intime, un état des lieux /
Limits of the Self, Limits of Literature : Crossing Autobiographical and Disability Studies

Intervenants / Guests :

  • Tom COUSER (Hofstra University, Hempstead, NY USA)
    The Limits of Disability Life-writing

Fresh from two experiences that have stimulated my thinking about the topic of this seminar, I will approach it directly and quite broadly. The first experience was that of co-editing a two- volume reference work entitled Disability Experiences: Memoirs, Autobiographies, and Other Personal Narratives for Gale Cengage, with Susannah B. Mintz (2019). The second was teaching the Illness/Disability Narrative Course in Columbia’s Narrative Medicine Program this last term. Both experiences have entailed consideration of distinct and various limits of disability narrative: e.g., generic, geographical, physiological. I will address limits on both the production and the reception of such narrative and the consequent limitations of this discourse. Overall, the status of disability life writing today is paradoxical: on the one hand, it often exceeds what might have been considered its limits; on the other, it remains limited in troubling ways.

  • Mateusz CHMURSKI (Sorbonne Université, Eur’ORBEM)
    Six Characters (and a Document) in Search of an Author: The Facsimile of Witold Gombrowicz’s Kronos

Since its invention situated usually in 1862, fac-simile as a technical disposal promises literally “to make similar” in print an original of a given work of an author. Representative for the modern “fascination with subject formation (of a text or of an author) and the role of materiality in this transformation” (Roland 2011, 52), the facsimile production became gradually theorized from different perspectives both in art history and literary studies. I propose to observe its ambivalent status through the case study of the Polish writer Witold Gombrowicz (1904-1969) Kronos facsimile edition as an intersemiotic frame in which discourses, hierarchies (and, first and foremost, norms) crisscross while “the on-going historical process of text production known as editing” (Dane 1995, 46) becomes a complex play with six protagonists – the heir, the editor, the translator, the researcher, the journalist, and the reader. Tutti in cerca d’autore.

Discussion : Clara ROYER (Sorbonne Université, Eur’ORBEM)


CONSULTER LES ARCHIVES : ici

Séance 6 : La technique comme symbole

Séance du 07 mai 2021 | 16h-18h

Intervenant-e-s :

Yuri LEVING (Dalhousie University)
How the Revolution Triumphed: Alisa Poret’s Textbook of Cultural Iconography

Yuri Leving offers an exploration of a Soviet children’s book – How the Revolution Triumphed (Kak pobedila revoliutsiia), illustrated by Alisa Poret (1902–1984). The book, published in 1930, thirteen years after the October Revolution, offered a visual-verbal narrative that served, in effect, as a primer for teaching communism to Soviet children. Its key didactic goal was to introduce the newest generation of Soviet readership to the sequence of historical calamities that led to the Bolshevik seizure of power and, even more importantly, to ensure that their interpretation of the anti-imperial coup was correct. The book relies on both the clear visual expressionism of Poret’s imagery and the accompanying text. WithHow the Revolution Triumphed, Poret invented a didactic « cinebook » (or a « knino »), a hybrid work conceptually blending a totalitarian optics with a print medium. Leving will demonstrate the emergence of a visual vocabulary that successfully blended cinema, photography, graphic art, and book illustrations using dynamic visual language to amplify a story of political upheaval.

Daria SINICHKINA (Sorbonne Université, Eur’ORBEM)
Kuznica and the science of the new “proletarian” poetry

In the aftermath of 1917, a new vocabulary enters the discourse on literature in general and on poetry in particular. The young proletarian culture in the making – its content is intensively debated on the pages of periodicals of different political stripes – formulates its principles using a vocabulary that comes from the fields of politics, science, technology and, last but not least, medicine. Kuznica (the forge), a group of proletarian poets founded in 1920, which includes Mikhail Gerasimov and Vladimir Kirillov, embraces the artisanal metaphor of the “factory” of poets. Nonetheless, while calling for the creation of new rational poetic standards, Kuznica’s manifesto recycles organic and industrial metaphors of the same culture it rejects. The example of Kuznica is particularly interesting for grasping the dynamics at work in the new “proletarian” discourse on poetry in the aftermath of 1917, when poetry was the object of an ambition of rationalization and recasting applied to all living forms.

Discussion : Rodolphe BAUDIN (Sorbonne Université, Eur’ORBEM)


CONSULTER LES ARCHIVES : ici

Séance 5 : Savoirs scientifiques et esthétique filmique

Ressources relatives à la séance du séminaire du 09/04/2021

Thème : Savoirs scientifiques et médicaux en dialogue avec l’esthétique filmique (Scientific and medical knowledge in relation to filmic aesthetics)

— Résumés/Abstracts :

John MACKAY (University of Yale)
Dziga Vertov at the Psychoneurological Institute and beyond

In my presentation I would like to discuss Dziga Vertov’s time at the Petrograd Psychoneurological Institute (1914-16), and the possible impact of his studies there on his filmmaking practice. While Vertov was studying at the Institute, scientific filmmaking (in which he might have been involved) was being conducted there, and the application of film to scientific study was discussed publicly by some of the Institute’s most famous professors, including its founder, Vladimir Bekhterev (1857-1927). Beyond this, two scientific notions of importance at the Institute during these years – a materialist monism that took energy to be the basic stuff of all physical and mental phenomena, and a preoccupation with the communicative and economic significance of the rhythms of bodily movements – may have had a lasting effect on Vertov’s thinking about a “revolutionary” cinema’s true vocation.


Anna TOROPOVA (University of Nottingham)
Technology of the Unconscious: Cinema and Hypnosis in Early Soviet Russia

The 1930s in Soviet Russia witnessed a number of experiments in film psychotherapy—the attempt to deploy the cinematic medium in the hypnotherapeutic treatment of addictions, neuroses and mental disorders. This paper explores how such experiments sought to turn cinema’s ‘hypnotic and suggestive power’, which was a source of considerable anxiety in interwar Europe, into a positive therapeutic force. Tracing the fate of the Soviet psychotherapeutic film from its roots in the health enlightenment campaigns of the 1920s, I bring to light the medical and political hopes pinned on the project as well as the reasons why film psychotherapy’s considerable potential remained largely unrealised.

Discussion : Irina Tcherneva (CNRS, Eur’ORBEM)

Dziga Vertov, STRIDE, SOVIET (1926)

CONSULTER LES ARCHIVES : ici

Séance 4 : Genre et homosexualités

Ressources relatives à la séance du séminaire du 19/03/2020

— Résumés

Intervention de Clara ROYER (Sorbonne Université, Eur’ORBEM) :

The Case of Sándor Vay: Negotiating Gender in Fin-de-Siècle Austro-Hungary

This presentation follows the case of count Sándor Vay (1859-1918), one of the most famous instances of gender transgression in fin-de-siècle Austro-Hungary. Born into a Hungarian aristocratic family and well-known within the Budapest literary and upper-class circles, Vay was the accused party in a widely publicized case court (1889-1890) which questioned his assumed male identity. The fame of the case made Vay’s gender, and the discrepancy between assigned and assumed identities, the object of a variety of discourse trying to frame its non-normative character. This comprised not just a variety of forms of expertise (legal discourses, medical expertise, and even literary analyzes) but also lay discourses like the emerging international yellow press.

Unlike previous scholarship focusing on the case, this presentation will try to point out the
discrepancies, contradictions, and conflicts between these diverse ways of framing Vay’s
gender identity. Thus, Vay’s case did not feature a dualistic conflict between heteronormativity and gender-transgression. On the contrary, his case was structured by the variety of conflicting gender-role models and their relationship with the body (yellow-press journalism, legal institutions, class-based models of gender roles, etc.). The presentation will try to trace the way Vay tried to navigate this complex discursive field, negotiating his position. I will focus especially on his prose writing, seeing it as a specific strategy used by Vay in order to integrate his identity within the hegemonic discourse of his time i.e., Hungarian nationalism.

Intervention de Judit TAKÁCS (Hungarian Academy of Sciences) :

Framing Homosexualities in State-Socialist Hungary

It would be pointless to look for homosexuality in the criminal codes that have ever been in force in Hungary: since the second half of the 19 th century homosexual practices were punished under the heading of “unnatural fornication” in the chapter on Crimes and offences against sexual morality. While the precise scope of what exactly constituted unnatural fornication was hard to determine, it is striking to see the double standard applied to non- reproductive sexual practices in terms of the fornicators’ gender composition: they were seen as having the potential to cause social harm only if these practices were conducted by same- sex partners.

State surveillance on homosexualities seems to have subsisted after the “communist” takeover. In fact, compiling homosexual inventories to gain an overview of potential blackmail victims to be coerced into becoming police informers was part of regular police work in urban areas and especially in Budapest, the capital city of Hungary. In my talk I will focus on the background of the decriminalization of consensual homosexual acts in the 1961 Hungarian Penal Code by using previously unknown original archive material from 1958. I will also briefly discuss the changing decriminalisation landscapes of 20 th century Central Eastern Europe, and some specific aspects of queer life during state-socialism in Hungary, including cognitive isolation and the fluidity of sexual self-identification.

Discussion : Mathieu Lericq


CONSULTER LES ARCHIVES : ici

Séance 1 : Handicaps

Ressources relatives à la séance du séminaire du 18/12/2020

— Programme de la séance

Sabine ARNAUD (CNRS, EHESS)
A Rebours du confort des catégories : L’invention de la Pédologie au tournant du XXe siècle

Rodolphe BAUDIN (Sorbonne Université, CNRS)
Le voyageur russe chez l’Abbé Sicard : les sourds muets et la culture sentimentaliste russe

— Bibliographie :
Abbé Fauchet, Oraison funèbre de Charles-Michel de l’Epée, Paris, 1790.
Alexandrana ou bons mots et paroles remarquables d’Alexandre Ier pendant son séjour à Paris, Paris, 1815.
Batteux Ch., Les Beaux Arts réduits à un même principe, Paris, 1747.
Berthier F., L’Abbé de l’Epée, sa vie, son apostolat, ses travaux, sa lutte et ses succès, Paris, 1852.
Baudin R., « Karamzin en France. Entre pays rêvé et pays réel », in Baudin R., dir., Nikolaï Karamzin en France. L’image de la France dans les «Lettres d’un voyageur russe», Paris, IES, 2014.
Bouilly J. N., L’abbé de l’Épée. Comédie historique en cinq actes et en prose, Paris, An huitième (1799).
Breuillard J., « Nikolaj Karamzin et la pensée linguistique de son temps », in Breuillard J., Derrière l’histoire, la langue, Paris, IES, 2012.
Carbonnières Ph. de, Lesueur. Gouaches révolutionnaires. Collections du musée Carnavalet, Paris, Eden ; Musée Carnavalet, 2005.
Diderot D., Lettre sur les sourds et muets, à l’usage de ceux qui entendent & qui parlent, Paris, 1751.
Dulaure J. A., Nouvelle description des curiosités de Paris, Seconde édition, Seconde partie, Paris, 1787.
Helvétius C. A., De l’Homme, de ses facultés intellectuelles, et de son éducation, Liège, 1774. 
Kahn A., « Nikolai Karamzin’s discourses of Enlightenment », in Nicolai Karamzin, Letters of a Russian Traveller, Oxford, Voltaire Foundation, 2003. 
Kennedy E., Abbé Sicard’s Deaf Education. Empowering the Mute, 1785-1820, NY, Palgrave Macmillan, 2015. 
Mayer Ch.-J., Monsieur le comte de Falkenstein, ou voyages de l’empereur Joseph II, en Italie, en Bohème et en France, Rome, 1778.
Oberkirch Baronne d’, Mémoires de la baronne d’Oberkirch, présentées par le comte de Montbrison, Bruxelles, 1854.
Presneau J.-R., L’éducation des sourds et muets, des aveugles et des contrefaits au Siècle des Lumières 1750-1789. Paris, L’Harmattan, 2010. 
Rosenfeld S. A., “Deaf Men on Trial: Language and Deviancy in Late Eighteenth-Century France”, Eighteenth-Century Life, 1997/20 (May). 
Rosenfeld S. A., Revolution in Language. The Problem of Signs in Late Eighteenth-Century France, Stanford, Stanford UP, 2001.
Rosenfeld S. A., “The Political Uses of Sign Language: The Case of the French Revolution”, Sign Language Studies, 6/1, Fall 2005. 
Starobinski J., La transparence et l’obstacle, Paris, Gallimard, 1971.
Thiéry L. V., Guide des amateurs et des étrangers voyageurs à Paris, ou description raisonnée de cette ville et de tout ce qu’elle contient de remarquable, Paris, 1786-1787. Vol. 1.
Williams H. G., « Founders of Deaf Education in Russia », in Vickrey Van Cleve J., ed., Deaf History Unveiled. Interpretations from the New Scholarship, Washington DC, Gallaudet University Press, 1993.
Дьячков А. И., Воспитание и обучение глухонемых детей, М., Изд. АПН РСФСР, 1957.
Зорин А. « “Венский журнал” Андрея Тургенева », in Memento Vivere. Сборник памяти Л. Н. Ивановой, СПб., 2009.
Карамзин Н. М., Письма русского путешественника, изд. подгот. Ю. М. Лотман, Н. А. Марченко и Б. А. Успенский. Л., Наука, 1987.
Пушкин В. Л., Стихи, проза, письма, М., Советская Россия, 1989. 
Радищев А. Н., О человеке, о его смертности и бессмертии, in Радищев А. Н. Полн. собр. соч., под ред. Г. А. Гуковского и В. А. Десницкого. М. ; Л., Изд. Академии наук СССР, 1941.
Тургенев А. И., Журнал, РО ИРЛИ Ф. 309. Ед. хр. 1240.
Цветаев Л. А., Панорама Парижа, или описание Сего города и его достопамятностей в нынешнем их состоянии. Сочинение Российское, М., 1806.


CONSULTER LES ARCHIVES : ici

Séance 2 : Corps de l’extrême

Ressources relatives à la séance du séminaire du 29/01/2020

— Résumés :

Intervention de Luba Jurgenson (Sorbonne Université, Eur’ORBEM) :

« Le corps de l’homme nouveau et son ombre : entre norme sociale et canon artistique »

Une nouvelle esthétique du corps émerge dans l’art et la littérature soviétiques, pour devenir une image canonique en même temps que sont établies des normes sportives minimales que chaque citoyen doit remplir. Ce corps vigoureux, musculeux et potentiellement héroïque peut être comparé à l’ensemble du corps social tel qu’il est vu à travers l’imaginaire politique promu par le régime.À côté de ce corps glorieux, il y a le corps de l’ombre, celui précisément qui est retranché de la société parce que défectueux, pathologique, anormal. L’élagage des branches pourries véhicule la fiction d’un corps sain restauré dans son homogénéité – une homogénéité sans cesse remise en question et qui ne peut être maintenue que par de nouveaux élagages.Pour ces corps retranchés de l’espace visible – punis par la relégation, la détention ou la famine – il existe également des normes qui définissent le travail qu’ils doivent fournir et la quantité de nourriture reçue en échange. Ces corps littéralement façonnés par la norme et le plan – mots-clés du régime – font à leur tour l’objet de représentations littéraires et artistiques qui circulent en samizdat/tamizdat ou sont montrées dans des espaces privés.La question du corps engage plus globalement celle de l’humain (et, partant, celle de la déshumanisation). Je me baserai sur quelques œuvres des années vingt (les « factographes » du Front gauche de l’art ou les images de Deïneka) et des années trente, puis sur les témoignages de Julius Margolin, Varlam Chalamov et Evguenia Guinzbourg.

Intervention de Markéta Theinhardt (Sorbonne Université, Eur’ORBEM) :

« Body – action – performances tchèques, l’histoire et la post-histoire »

Markéta Theinhardt, historienne de l’art, est spécialiste de l’art du XIXe siècle des avant-gardes classiques (en ce qui concerne le corps humain, voir par exemple: Mezi Ideálem a Nahou pravdou. K proměnám pojetí aktu v malířství 19. století [Entre l’Idéal et la Vérité nue. Transformations de la conception du Nu dans la peinture du XIXe siècle], in Tatána Petrasová, Markéta Theinhardt (eds.), Tělo a tělesnost v českém výtvarném umění19. století, Západočeska galerie v Pzni, Plzeň, 2009). La présente communication se base sur la connaissance personnelle de certains performeurs et actionnistes tchèques et sur la bibliographie relativement riche sur le thème donné.

— Bibliographie :

Julia Holter, « Luba Jurgenson – Écrire entre deux corps », Genesis, 46 | 2018, 121-129.
Luba Jurgenson, Au lieu du péril, Paris : Verdier, 2014.
Jurgenson Luba, « Le corps concentrationnaire : exemple de Salamov », in: Cahiers slaves, n°9, 2008, Le corps dans la culture russe et au-delà, sous la direction de Galina Kabakova et Francis Conte. pp. 401-407.


CONSULTER LES ARCHIVES : ici

Séance 3 : La science (philosophie et idéologie)

Ressources relatives à la séance du séminaire du 12/02/2020

— Résumés :

Intervention de Renaud Garcia (chercheur indépendant) :
« Kropotkine naturien : l’entraide, de la biologie à l’éthique »

Cet exposé propose un retour sur l’idée d’entraide telle que la développe Pierre Kropotkine (1842-1921). Positiviste, évolutionniste, géographe, ce savant et anarchiste lit Darwin (aussi bien L’Origine des espèces que La filiation de l’homme). Il y trouve matière à fonder un socialisme sur des bases biologiques. Tentative loin d’être unique à l’époque dans l’aire russe occidentalisée (Cf. Karl Fedorovitch Kessler ; Pierre Lavrov). Son originalité est de présenter un socialisme anarchiste, qui combat à la fois le darwinisme social (justification idéologique du capitalisme industriel) et l’État dans sa version marxiste ou collectiviste (qui réintroduit la hiérarchie de classes entre coordinateurs et exécutants, c’est-à-dire les prémices de la technocratie). Mais on ne saisit vraiment la profondeur des vues de Kropotkine sur l’entraide qu’en expliquant comment le domaine naturel s’articule au domaine social et historique (ce qui correspond au plan du livre L’Entraide). Il faut se tourner vers une compréhension globale des relations des vivants avec leur milieu, une façon écologique (on dirait avec plus de précision mais moins de résonance, mésologique, de méson-, le milieu) d’aborder l’entraide. Kropotkine l’approfondit en se tournant vers l’œuvre de Lamarck, le véritable fondateur de la biologie et de la théorie de la transformation des espèces. Si Kropotkine avait dépassé son respect de jeunesse pour Darwin, et la vision mécaniste de la nature dont ce dernier n’est pas sorti, il aurait sans doute présenté une conception du vivant fondée sur les idées d’équilibre et d’ordre cosmique, dont il s’approche parfois dans ses articles de géographie.

En parcourant l’œuvre de Kropotkine, on se rend compte que l’entraide est un fil qui relie les domaines de la biologie et de l’éthique, en passant par la politique. Conduite de réciprocité stricte, l’entraide s’affine en sympathie sur fond d’usages communautaires (on va au-devant des besoins des autres parce qu’on a l’habitude de vivre avec eux), pour culminer dans un idéal d’abnégation : non pas sacrifice mortifiant mais don de soi, affirmation vitale. Si Kropotkine est scientiste – et progressiste – à maints égards, on trouve pourtant chez lui, constamment, une estimation positive des usages communaux anciens, notamment de l’obschina et du mir, et des communautés de foi jurée du Moyen Âge. Il pense l’entraide en s’appuyant sur l’exemple historique des communes, et appelle à les revivifier. Ce n’est donc pas un hasard si Tolstoï (auquel Kropotkine réserve des pages élogieuses dans ses leçons sur la littérature russe- Ideals and Realities in Russian Literature), chrétien anti-industriel, pense la communauté paysanne sur fond d’entraide. Ce que Kropotkine découvre par l’étude scientifique, Tolstoï le déduit d’une lecture démystifiée de l’Évangile, sous l’aspect de la loi de l’amour.

Ainsi, Kropotkine, comme Tolstoï font figure d’anciens pour les communards des années 1970, et à leur suite les néo-ruraux. Mais plus largement pour ceux qui, épars dans le temps et l’espace, contre les libéraux et les communistes, se sentent appartenir à l’héritage des naturiens : les défenseurs du vivant politique dans un milieu vivant.

Intervention de Tatiana Drobot (Sorbonne Université, Eur’ORBEM) :
« Science et épistémologie au cœur des modèles utopiques des théoriciens du Proletkult »

Au cours des deux premières décennies du XXème siècle, Aleksandr Bogdanov et Anatolij Lunačarskij, tôt engagés dans les mouvements socio-démocrates puis bolchéviques, se sont intéressés à définir une société plus juste et plus égalitaire. Dans ce cadre, ils ont écrit sur la culture et la relation de l’art au savoir. Au cœur des débats de l’époque autour des philosophies idéalistes et matérialistes, ils prennent position pour une conceptualisation empiriste et holistique de la connaissance qui rassemble sciences, arts et philosophie. Et dans leurs œuvres littéraires, ils mettent en avant des personnages de savants, porteurs de messages et de démarches révolutionnaires à la fois dans les domaines socio-politiques, philosophiques et scientifiques. Nous nous arrêterons sur ces personnages qui cristallisent les figures du génie désireux de construire un monde meilleur, de l’intellectuel responsable de l’éducation du peuple et du combattant idéologique.

— Bibliographie :

Bibliographie de la première intervention :

Sources principales :
·       Kropotkine, L’Entraide, éditions Nada, 2020.
·       Kropotkine, Agissez par vous-mêmes, éditions Nada2019.
·      De Darwin à Lamarck. Kropotkine biologiste (1910-1919),libre accès  : https://books.openedition.org/enseditions/5114?lang=fr
·       Kropotkine, Ideals and Realities in Russian Literature (en cours de traduction pour les éditions Nada)
·       Tolstoï, De la vie, Marpon & Flammarion, 1889.
·       Tolstoï, Refus d’obéissance, présenté par P. Thiesset, L’Échappée, 2017.

Littérature secondaire :
·       R. Garcia, La nature de l’entraide. Pierre Kropotkine et les fondements biologiques de l’anarchisme, ENS éditions, 2015.
·      R. Garcia, « Kropotkine » et « Zamiatine », notices de la « Bibliothèque verte » publiée par Pièces et main-d’œuvre : http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&id_article=1336
·       R. Garcia, « Tolstoï » et les « Naturiens », notices de la Bibliothèque verte » : http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&id_article=1343
·       Mike Hawkins, Social Darwinism in European and American Thought, 1860-1945, Cambridge university press, 1997 [pour le contexte de réception du darwinisme dans la période de formation de Kropotkine]
·       Bertrand Louart, Les êtres vivants ne sont pas des machines, La Lenteur, 2018 [critique de la conception mécaniste du vivant chez Darwin, réévaluation de Lamarck, situation intermédiaire de Kropotkine. La biologie comme philosophie du vivant, dans une perspective anti-industrielle]
·       André Pichot, Histoire de la notion de vie, Gallimard, coll. « Tel », 1993 [pour une réévaluation de la biologie lamarckienne par rapport au darwinisme]
Daniel P. Todes, Darwin Without Malthus: The Struggle for Existence in Russian Evolutionary Thought, Oxford University Press, 1989

Bibliographie de la seconde intervention : à télécharger ici.


CONSULTER LES ARCHIVES : ici